Mot du Supérieur

S.V.P Maîtriser votre agressivité

Un être humain, c’est un être en interaction continue avec les autres. Pour maintenir de bonnes relations avec son milieu, il tend à perfectionner ses comportements et à atténuer ses gestes agressifs. C’est un être qui sait maîtriser sa violence physique aussi bien que sa violence verbale pour éviter de paraître hostile. Car c’est l’hostilité qui fait que la violence ne soit pas tolérée et c’est elle qui met en relief les traits agressifs. Dépourvue de l’hostilité, la violence pourrait se traduire par des actions constructives qu’on peut nommer dynamisme et sans exagérer parfois elle est nommée violence sacrée.

Ce qui est essentiel c’est alors la maîtrise de soi qui est un des facteurs qui distinguent les êtres humains des animaux incapables de se contrôler et vivant ainsi dans le chaos.

Saint Paul dans son épître aux Ephésiens déclare : Si vousvous mettez en colère, ne péchez point, que le soleil ne se couche pas sur votre colère. (Ephésiens 4/28). On comprend de cette citation que la violence ne devient un péché que si elle risque de détruire l’autre ; par contre elle peut être positive si son but est l’instruction et non pas la destruction. Ce qui importe alors le plus dans toutes nos relations c’est de baser notre vie sur le dialogue, et, au lieu de nous lâcher en hurlant, d’écouter l’autre, d’exprimer clairement nos émotions à son égard en évitant de le dévaloriser mais au contraire, en l’appréciant, en le faisant promouvoir et en le respectant.

 Que le soleil ne se couche pas sur votre colère  signifie qu’il faudrait ralentir progressivement notre débit et notre volume sonore, essayant de devenir plus calmes, plus rationnels afin que nos actes ne soient pas des réactions qui échappent au contrôle de notre raison.

Bien sûr notre monde est devenu plus agressif… Essayons alors, chers parents et chers professeurs, de ne pas décharger notre agressivité sur n’importe quoi et n’importe qui, essayons de donner le bon exemple dans notre collège de La Providence, en prenant en considération que Dieu nous a éduqués à la paix, Il a confronté l’hostilité par l’amour, et c’est par La Providence qu’Il l’a fait. Si l’école ne parvient pas à répondre au problème de la maîtrise de soi-même contre l’agressivité elle nuirait à ses élèves, à la communauté éducative, religieuse et aussi à la société.

Enfin, l’école est un milieu d’incarnation de la paix, de la non-violence et de l’amour. L’agressivité est incompatible avec la tolérance et n’a pas de place dans notre nouveau système éducatif.

                                                                             Le Supérieur

                                                                          Père Tony Karam

Comments are closed.

© 2017 Datarays S.A.R.L. All rights reserved.